You are here: Home » Non classé » Manger bio sans trop dépenser

Manger bio sans trop dépenser

4 équipes constituées de 10 familles chacune se sont imposé un challenge : manger plus de nourritures bio sans payer plus. Une équipe vient du pays de Questembert, une autre de la presqu’île de Rhuys et les deux restants de Vannes.

Le GAB (Groupement des agriculteurs biologiques) a sollicité 4 associations pour créer une équipe de familles qui souhaitent accroitre la consommation de nourritures biologiques locales. Ce ‘défi des familles’ a été créé en 2012 en Rhône-Alpes, ensuite il s’est dispersé en Ille-et-Vilaine en 2014. La première équipe constituée de l’Épicerie solidaire s’est rassemblée la semaine dernière afin de faire connaissance et mieux connaître le défi. Deux responsables du GAB leur ont indiqué les caractéristiques et le déroulement de leurs rencontres à venir.

 

Adresses et recettes

Patrick se demande ce que veut réellement dire ‘bio’. Il souhaite que le groupe lui montre d’autres méthodes pour cuisiner. Angélique, sa voisine, tente d’acheter soit du bio ou du local. Son objectif, en participant à ce défi, c’est de connaître les meilleures adresses pour acheter du bio sans accroitre le budget alimentaire. Pour une autre participante, ce défi est l’occasion de savoir si consommer bio nécessite un changement du mode de consommation.

Selon une habitante de Baden, on insiste énormément sur le fait qu’il faut manger beaucoup de légumes, alors que ce n’est pas toujours facile avec de petits salaires. Les rencontres mensuelles visent à indiquer aux participants où trouver des produits bios et locaux. Elles servent aussi à donner des conseils sur la manière de consommer sans augmenter les dépenses. Les participants visiteront une ferme et passeront la soirée en compagnie d’une diététicienne. Ils seront mis au courant des points de vente à proximité et seront formés à la cuisine et au jardinage.

 

Des relevés du prix d’achat

Afin de savoir leur progression, chaque famille devra effectuer 3 relevés de prix durant les 6 prochains mois. Elle devra conserver les tickets afin de les introduire au sein d’une base de données : nombre de convives, prix, lieux d’achat… D’après les responsables du GAB, au début, on ne les force pas à manger bio, mais on leur donne envie de manger bio. Ce défi est aussi l’occasion d’établir des liens entre chaque participant pour faire des échanges sur le mode de consommation de chacun.

Laisser un commentaire